Formation à l'avortement médical et aux soins après avortement en RDC, Sud Kivu, afin de réduire le nombre élevé d'avortements à risque

 

Début février 2018, en sud Kivu en RDC, dans une région avec un nombre élevé d'infections à MST et VIH, Women on Waves a donné une formation de cinq jours en collaboration avec GFV-VIH, une organisation locale. La formation comprenait toutes sortes de thèmes de la santé et des droits sexuels et reproductifs comme: l'avortement médicamenteux, les soins post-avortement, les contraceptifs, les aspects légaux de l'avortement sécurisé, communiquer et créer un projet d'avortement sécurisé. La formation faisait partie d'un projet plus large de trois ans financé par SAAF et était le lancement initial du programme.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_771.jpg

Bien que, en raison des préoccupations de sécurité, l'emplacement a été changé à la dernière minute à une autre ville Uvira, environ 40 personnes ont assisté à la formation. C'était un groupe mixte très motivé avec des antécédents différents, variant d'un groupe de femmes locales, des travailleurs communautaires et un groupe médical (environ 15), étant des infirmières, des sages-femmes, des pharmaciens et des médecins. A cause de cela, les besoins et les attentes étaient partagés, donc en partie (2 jours) les activités ont été réparties en conséquence dans les sessions médicales et non médicales. La formation séparée du groupe médical était plus axée sur la formation au PAC et au DIU avec une courte partie pratique, une formation sur un modèle et en utilisant des papayes (pour la formation PAC avec MVA). Dans le même temps, le groupe non médical s'est concentré sur la clarification de la valeur, la mise en place d'un projet de ligne directe et la diffusion de cette information spécifique; comment, à qui et quel réseau sera nécessaire. Un accent particulier a été mis sur les lois et clarifications internationales sur les droits de l'homme, comme le "Protocole de Maputo" qui a été signé par la RDC.

Nous avons ressenti comme très utile de donner une formation dans cette combinaison, étant un défenseur des droits de l'homme et un médecin, car cette expertise a rendu la formation très pratique et fiable. Le soutien et l'assistance d'un obstétricien local ont été plus que bienvenus et ont rendu la formation convaincante sur la façon de progresser dans cette région. C'était un gros avantage pour la formation dans un pays où les lois étaient très restrictives, car des mesures pratiques ont été prises immédiatement après la formation. Même pendant les journées de formation, 8 femmes (stagiaires) ont commencé à utiliser un planning familial efficace à long terme, comme la pilule contraceptive orale (3), l'implant (3) et le DIU (2) et 1 femme a été conseillée pour un avortement médical. Ce fut le premier pas vers l'avant car de nombreux mythes ont été remarqués sur l'utilisation de contraceptifs, en particulier de longue durée.

La formation d'un groupe aussi important et mixte était très difficile. Ce projet deviendra durable, car les médecins locaux et les sages-femmes sont également impliqués.

Lors de notre visite à Uvira, nous avons eu l'opportunité de visiter 2 cliniques de SDSR; SOS-FEC et GVP-MASAR, pour lesquels nous sommes très reconnaissants, car il a fourni plus d'informations de perspicacité. Comme la dernière clinique offrait également un service médical plus étendu sur les soins maternels et infantiles, elle a remarqué moins de stigmatisation pour les clients qui se rendaient à la clinique pour la contraception et les problèmes connexes, ce qui semble être un sujet important.

La nécessité de formations comme celle-ci a été soulignée par le fait que lors de notre session d'introduction, le premier jour a été déclaré que chaque stagiaire connaissait une femme ou une fille qui était morte en raison d'un avortement à risque! Pour cette raison, l'histoire suivante est ajoutée:

UNE VICTIME TROP EN UVIRA: UNE FEMME MOURANT DES COMPLICATIONS DE L'AVORTEMENT CLANDESTINAL

Son nom est J, célibataire, mère de deux enfants, mère célibataire et a vécu avec sa sœur aînée. Elle s'est retrouvée enceinte de son beau-frère et a voulu mettre fin à la grossesse clandestinement parce que le même beau-frère vivait déjà avec sa sœur qu'il a aussi enceinte. Après l'arrivée dans le centre à Uvira "Centre mère-enfant" dans un très mauvais état de santé avec une péritonite et une septicémie, la pauvre femme ne pouvait pas être sauvée. Combien de morts devons-nous encore enregistrer pour que la loi sur les avortements puisse être revue? De nombreux cas similaires sont enregistrés dans l'environnement distant, enclavés et inaccessibles sans être signalés. Laisser des milliers de femmes et de filles continuer à mourir avec de telles complications est une injustice sociale. Unissons-nous pour changer cette loi contraignante sur l'avortement.