A-t-on besoin d’un soutien psychologique après avoir avorté ?

 

La plupart des femmes n’ont pas besoin d’un soutien psychologique après avoir avorté. Les sentiments de regrets après l’avortement sont rares. En effet, la réaction émotionnelle la plus courante après l’avortement est le soulagement. Des sentiments de culpabilité, de tristesse, de perte sont communs. La plupart des femmes peuvent ressentir des sentiments négatifs qui peuvent les affecter. Il est tout à fait normal de se sentir émotive après un avortement. Même si vous ressentez de la tristesse ou du chagrin, ces sentiments disparaîtront au bout de quelques jours. Mais dans les pays où où il existe le tabou et l’accusation sociale entourant l’avortement les femmes ont plus souvent un sentiment de culpabilité et de honte.
Si vous n’êtes pas sûre que l’avortement n’est pas la bonne solution pour vous, nous vous conseillons vivement d’en discuter avec un ami en qui vous avez confiance.

Comment les femmes se sentent-elles après avoir avorté ?

Chaque femme est unique et peut ressentir des choses très différentes après avoir avorté. La plupart des femmes affirment avoir ressenti un soulagement d’avoir pris la meilleure décision compte tenu des circonstances. C’est la réponse qui revient le plus souvent. Pour certaines femmes, cependant, l’avortement peut provoquer différentes réactions émotionnelles comme la tristesse, la culpabilité, la colère, la honte ou le regret. Certaines femmes se sentent mal car elles ne se sentent pas coupables d’avorter, mais pensent qu’elles devraient se sentir coupables. En général, le fait de comprendre vos tourments et vos émotions peut vous aider à évacuer votre chagrin, la culpabilité, la colère ou la honte que vous pouvez ressentir. Il est important de reconnaître que vous avez mal et de prendre soin de vous si vous avez des difficultés à gérer vos émotions.

Vous n’êtes en aucun cas une mauvaise personne parce que vous avez avorté. Vous n’êtes pas non plus seule à avoir choisi d’avorter. Beaucoup de femmes sont surprises d’apprendre qu’environ 42 millions de femmes avortent chaque année à travers le monde.

Qu’est ce qui peut contribuer à l’état de déprime d’une femme après l’avortement ?

Vos hormones reviennent à leur état d’avant la grossesse. Ce changement chimique peut provoquer des sentiments de tristesse et vous faire pleurer facilement. Quelqu’un vous a peut-être incité à avorter au lieu de vous laisser prendre la décision par vous-même.
Vous n’avez peut-être pas eu le soutien de vos amis ou de votre famille. L’isolement est une des raisons principales pour laquelle les femmes peuvent se sentir déprimées après un avortement.

Vous êtes peut-être très partagée sur votre décision d’avorter. Peut-être n’est-il pas tout à fait évident pour vous que l’avortement soit la meilleure option compte tenu des circonstances.
Peut-être vous sentez-vous abandonnée et seule. Peut-être auriez-vous souhaité que l’homme qui vous a mise enceinte veuille garder le bébé. Mais il ne le voulait peut-être pas ce qui a contribué à votre chagrin.

Vous avez une mauvaise estime de vous-même et vous sentez souvent mal dans votre peau.

D’autres parties de votre vie sont également stressantes : école, travail, enfants, etc.

Vous craignez peut-être de ne plus pouvoir retomber enceinte. Si c’est bien cela qui vous inquiète, rassurez-vous parce qu’un avortement médical effectué dans les règles ne cause pas d’infertilité dans le futur.

Chaque fois que vous devez prendre une décision difficile à prendre, il est normal que vous vous posiez la question « que ce serait-il passé si j’avais pris une autre décision ? » et votre décision vous tourmente.
L’avortement va peut-être faire remonter des vieux souvenirs ou des sentiments que vous aviez refoulés. Par exemple, si vous avez subi des abus sexuels par le passé, vous êtes susceptibles de ressentir des sentiments liés à cette période de votre vie. Le fait que vous vous sentiez vulnérable au moment de votre avortement va peut-être déclencher des souvenirs de moments passés où vous vous sentiez effrayée et vulnérable.

Est-il normal de se sentir dépressive après avoir avorté ?

Dans de rares cas, certaines femmes peuvent devenir cliniquement dépressives après avoir avorté. Si vos sentiments vous accablent et ne s’effacent pas ou que vous notez chez vous certains symptômes de la dépression, vous devriez consulter un professionnel.

Il existe des facteurs connus pour contribuer au risque de dépression après l’avortement. Ces facteurs comprennent : avoir déjà eu une dépression, des crises d’anxiété ou de panique. La dépression est une maladie grave. Il est donc important de chercher de l’aide d’un professionnel comme un médecin, un conseiller, ou un thérapeute si vous pensez être dépressive.

Qu’est ce que le « Syndrome Post-avortement » ?

Il existe un consensus général au sein de la communauté médicale et scientifique qui dit que la plupart des femmes ayant avorté ne ressentent pas ou très peu de souffrances psychologiques. Cependant, nombreux sont les opposants à l’avortement qui prétendent que les femmes ayant avorté souffrent d’un type de stress post-traumatique appelé « syndrome post-avortement ».

Des études fiables et objectives ont montré que, bien que des problèmes psychologiques puissent survenir après un avortement, ils ne sont pas systématiques et en général assez légers et passagers.
La plupart des experts psychiatriques ont des doutes sur l’existence d’un « syndrome post-avortement » et insistent sur le fait que n’est pas fondamentalement différent d’une autre expérience stressante qui peut causer un traumatisme chez certaines personnes.

Que puis-je faire pour m’aider à guérir après un avortement ?

Suite à un avortement, il y a différentes choses que vous pouvez faire pour vous réconcilier avec votre décision. Les suggestions suivantes peuvent vous aider à accepter votre décision et gérer vos sentiments, faire disparaître vos sentiments de tristesse et tourner la page.

Vous permettre d’exprimer la tristesse et le chagrin que vous ressentez vous aidera à les faire partir. Vous ne vous sentirez pas tout le temps comme ça.

Ne soyez pas dure envers vous-même. Parlez vous de façon affirmative. Vous êtes quelqu’un de bien, vous avez une force morale.
Rappelez-vous que vous êtes courageuse – vous avez pris une décision difficile.

Rappelez-vous que vous avez décidé d’avorter. Rappelez-vous que vous avez pris la meilleure décision possible compte tenu des circonstances.

Demandez vous : Si vous souhaitez tomber enceinte un jour, quelle serait la différence par rapport à la situation que vous venez de vivre ?

Ecrivez vos sentiments dans un journal ou dans un petit livre que personne ne pourra lire.

Pensez à des choses qui mettent à l’aise. Écrivez les et essayez de faire quelques-unes de ces choses tous les jours.

Pensez à l’avenir. Faites une liste de choses que vous êtes impatiente de faire.

Envisagez de créer une « fin » à ce qui vous liait à votre grossesse en écrivant une lettre d’adieu et en la gardant en lieu sûr ou en la brûlant.

Faites des exercices de relaxation pour vous aider à gérer votre stress.

Lisez les expériences des autres femmes (dans la rubrique "J’ai avorté " de ce site). Cela peut être rassurant et clarifier vos sentiments.(60)

Les femmes ont toutes des sentiments et des expériences différentes lorsqu’il s ‘agit d’avortement. Des études psychologiques montrent que les femmes ne souffrent pas longtemps lorsqu’elles ont choisi d’avorter. Ces études montrent que les femmes peuvent surmonter les sentiments négatifs qui pourraient les affecter. « Des études multiples ont montré que les sentiments de regrets après l’avortement sont rares. En effet, le sentiment le plus courant après un avortement est le soulagement. Certains sentiments passagers de culpabilité, tristesse ou de perte sont communs, mais rien ne prouve qu’un suivi médical est essentiel ou même bénéfique pour surmonter ces sentiments ». Les témoignages montrent que la plupart des femmes n’ont pas besoin de suivi après l’avortement (1) .